Projet sur l’Histoire de la Population de la Corse - Environnement, économie et société, 1347-1914

19. 10. 17
posted by: Super Utilisateur
Affichages : 2271

Question étudiée

Quelles étaient les conditions de vie des gens du commun avant la fin du XIXe siècle dans les régions rurales d’Europe où le contrôle de l’État était faible ? Le consensus est que leur vie était "horrible, violente et brève". Beaucoup ont tendance à penser qu’ils n’avaient pas accès aux connaissances avancées développées dans les zones urbaines et que leurs perspectives d’élévation sociale étaient très limitées. Cependant, les preuves à l'appui de ces affirmations sont rares. Les indicateurs les plus couramment utilisés pour mesurer le niveau de vie à la fin de la période médiévale et au début de la modernité sont les salaires réels urbains et les estimations du revenu moyen par habitant au niveau national. Diverses micro-études portant sur un groupe de villages ou sur un réseau de parenté rurale indiquent en réalité une diversité de conditions et d'institutions locales, évoluant souvent rapidement. La limite évidente de ces micro-études est la difficulté d'évaluer la représentativité du petit échantillon d'individus observés.

But du projet et méthodologie

L'objectif du projet est d'évaluer les changements de niveaux de vie, de structures démographiques et de capacités en utilisant une base de données régionale de plus d'un million d'individus couvrant plusieurs siècles. Le risque de biais d’échantillon serait négligeable. Une telle base de données longitudinale avec des générations imbriquées permettrait également d’évaluer le rôle des réseaux de parenté et l’impact des chocs exogènes, tels que les opérations militaires, les épidémies et les anomalies climatiques. La base de données indiquera pour tous les individus leurs noms, années et lieux de naissance et de décès, noms des parents et des enfants, professions (code PSTI) et mobilité spatiale ; et, au niveau des villages, des informations sur les actifs matériels et les conditions environnementales. Cela suppose un système d’information géographique précisant les changements intervenus dans les zones habitées, la couverture végétale et la capacité de charge des écosystèmes.

Pourquoi la Corse

Une étude centrée sur la Corse est possible grâce à l'abondance de données historiques disponibles dans les archives publiques, permettant la constitution d’une base de données individuelles quasi-exhaustive à partir de 1650 environ. En outre, une étude sur la Corse est attrayante en raison de la grande variance régionale des conditions écologiques, de l'utilisation des sols et des institutions. Bien que vallonnée et fragmentée par de hautes montagnes, ses 8680 kilomètres carrés abritaient entre 130 000 et 200 000 habitants du XVe au début du XIXe siècle. Dans toute l'île, l’horticulture et l’arboriculture était associées à une importante céréaliculture et à l’élevage, mais avec de fortes spécialisations régionales. Les communautés locales géraient une partie de l’espace en communs naturels, qui représentaient une part très variable selon les villages. Dans la majeure partie de l'île, l'inégalité foncière était faible, mais la grande propriété existait dans certaines régions avec le même type de métayage que dans la mezzadria toscane. Bien que principalement ruraux, les Corses étaient connus depuis la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne pour leur grande mobilité spatiale, en tant que migrants vers les régions voisines mais aussi loin de l'Europe pour certains d’entre eux.